CRCS
Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse
crcs

 


AccueilLorem IpsumIpsum

Chercheurs associés

Amélie Barras

Amélie Barras, anciennement chercheure post-doctorante à la Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse occupe présentement un poste de professeure à l'Université York en Ontario, dans le département des sciences sociales. Elle poursuit activement des recherches qui explorent, entre autres, les relations entre le politique, la liberté de religion et le genre. Sa première monographie a récemment été publiée chez Routledge sous le tire Refashioning Secularisms in France and Turkey : The Case of the Headscarf Ban.

Mohamed Fadil

Après avoir obtenu une maîtrise en sciences des religions et sociologie de l'Université de Montréal en 2009, Mohamed Fadil a soutenu avec succès une thèse de doctorat intitulée Un groupe religieux à l’épreuve du parti politique. Sécularisation de l’islamisme au Maroc : Mouvement de l’unicité et de la réforme-Parti de la justice et du développement [1996-2011] à l'automne 2014, sous la direction de Solange Lefebvre et du co-directeur Pierre-Jean Luizard de l'École Pratique des Hautes Études Paris-Sorbonne. Son projet avait été financé par une bourse de doctorat Joseph-Armand-Bombardier du CRSH.

Professeur de Sociologie à la Faculté des Lettres et des sciences Humaines Sais-Fès, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès (depuis l’automne 2015), Mohamed Fadil est également professeur visiteur, à la faculté des lettres et de sciences humains, Université Moulay Ismail Meknès (depuis  le printemps 2016) et à l’Institut des études juridiques, politiques et sociales de l’Université Mondiapolis de Casablanca (depuis l’automne 2017). Il  assure depuis 2015 de nombreux cours et séminaires de master et de doctorat.

Le parcours scientifique de Mohamed Fadil témoigne également d’une richesse d’affiliations et de modalités d’intégration scientifique. Chercheur associé à la Chaire sur la gestion de la Diversité culturelle et religieuse, Université de Montréal (depuis 2014), il est membre du Laboratoire de sociologie de développement sociale, Université sidi Mohamed Ben Abdellah-Fès (depuis 2017) et chercheur Associé au Laboratoire des études et recherches en philosophie et sciences sociales à l’Université Moulay Ismail-Meknès (depuis 2017). En janvier 2018, sa candidature est approuvée au sein du prestigieux Arab Council for the Social Sciences qui siège à Bierut. Cette richesse d’affiliations académiques s’est concrétisée par de nombreuses activités scientifiques.

En tant que chercheur associé à la chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse, Mohamed est collaborateur au projet Le processus de la radicalisation menant à la violence (RMV) : perceptions de la population québécoise, influence qu'exercent les médias traditionnels de masse et les nouveaux médias sociaux, piloté par la titulaire de la chaire.

En novembre 2017, Mohamed Fadil à présenté un projet de candidature à l’habilitation scientifique à diriger des recherches lequel porte le titre suivant : Religion, Etat et Société au Maroc : état des lieux, approches théoriques et perspectives appliquées. Il sera soutenu devant un jury universitaire dans les deux mois qui viennent. Une fois le projet accepté, le statut de Mohamed passe de professeur assistant à professeur avec habilitation à diriger des recherches.

 

Louis-Charles Gagnon-Tessier

Après son doctorat en sciences des religions complété en 2014, Louis-Charles G. Tessier a effectué une seconde maîtrise en administration publique internationale (2015-2016) à l’École nationale d’administration publique (ENAP) au cours de laquelle il a approfondi ses connaissances des enjeux de politiques publiques et de géopolitique internationale. Durant cette période, il a été agent de recherche à l’ENAP et a écrit quelques articles scientifiques pour le Groupe d’étude, de recherche et de formation internationales (GERFI). Parallèlement à cela, il donne depuis l’automne 2015 plusieurs formations par année aux étudiants internationaux du Programme canadien des bourses de la francophonie (PCBF) portant sur le religieux et la diversité culturelle au Québec. Il a également travaillé au Service des relations extérieures (SRE) du Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports du Québec (MTMDET) au sein duquel il a effectué plusieurs analyses et recherches, notamment sur l’arrivée imminente des voitures autonomes au Québec. Il travaille maintenant au Ministère du Patrimoine canadien tout en poursuivant ses recherches sur le phénomène religieux. À cet égard, il a entamé la rédaction de son premier essai lequel porte sur la théorie psychologique d’Yvon Saint-Arnaud et de son rapport au religieux, et termine une corédaction d’un livre numérique portant sur les principes du management interculturel.

 

K. Gandhar Chakravarty

English follows.

K. Gandhar Chakravarty, ancien étudiant au doctorat sous la direction de Solange Lefebvre, a soutenu avec succès sa thèse en avril 2014. Un nouveau chapitre de sa carrière s’ouvre désormais pour lui. Tout d’abord, son travail de doctorat – moyennant quelques modifications - fournira la matière de base d’un ouvrage à paraître chez Brill, African Nazarites: Rastafari and Ibandla lamaNazaretha. Félicitations à cet universitaire fraîchement diplômé ! Désormais, approfondissant la cadre conceptuel innovant développé dans son travail doctoral, la recherche post-doctorale de Chakravarty compare le mouvement « Rastafari » en Afrique du Sud et au Maroc, par une méthodologie ethnographique qualitative et la mobilisation des notions théoriques de « résistance et persistance », comme celle des principes de « naziritisme » et de « rastologie » présentés dans le travail susmentionné comme dans les conclusions publiées par le Journal of the American Academy of Religion dans l’article “Rastafari Revisited: A Four-Point Orthodox/Secular Typology” (2014). Sa recherche post-doctorale (2014-2016) a été financée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et conduite sous la supervision de Gerald West, Professeur Senior, Département de Religion, Philosophy and Classics, Université de KwaZulu-Natal. Finalement, Chakravarty est chercheur associé à la fois à la Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse de l’Université de Montréal, sous la direction de Lefebvre, ainsi qu’au King Abdullah bin Abdulaziz International Centre for Interreligious and Intercultural Dialogue (KAICIID), sous la direction de son ancien professeur Patrice Brodeur. Dans le cadre de ces deux instances, il assume en outre une charge éditoriale anglophone et des traductions du français vers l’anglais d’ouvrages et d’articles scientifiques.

Having successfully defended his PhD in April 2014, former doctoral student of Solange Lefebvre, K. Gandhar Chakravarty, has now moved into the next chapter of his academic career. First, Brill has recently accepted his dissertation for publication (pending modifications) as the groundwork for a book entitled African Nazarites: Rastafari and Ibandla lamaNazaretha. Very exciting news for this fresh scholar! And now, expanding on the innovative conceptual framework developed during the course of his doctoral work, Chakravarty’s current postdoctoral research broaches Rastafari in South Africa and Morocco via a qualitative ethnographic methodology and the theoretical notions of ‘resistance and persistence’ alongside the principles of ‘naziritism’ and the detailed ‘Rastology’ presented in the aforementioned work as well as the findings published by the Journal of the American Academy of Religion in the article “Rastafari Revisited: A Four-Point Orthodox/Secular Typology” (2014). The postdoctoral research (2014-2016) has been funded by the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (SSHRC) while under the supervision of Gerald West, Senior Professor, School of Religion, Philosophy and Classics, University of KwaZulu-Natal. Finally, Chakravarty has also started working as a Research Associate for both the Chair for the Management of Cultural and Religious Diversity at the University of Montreal, under the direction of Lefebvre, as well as the King Abdullah bin Abdulaziz International Centre for Interreligious and Intercultural Dialogue (KAICIID), under the direction of his former professor Patrice Brodeur. His responsibilities for both organizations include English language editing as well as French to English translation of academic books and articles.

Julia Martinez-Ariño

Julia Martinez-Ariño a reçu un Ph.D de l'Université Libre de Barcelone en 2012. Après un passage à la Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse en tant que stagiaire post-doctorale en 2014, elle est maintenant post-doctorante au Max Plank Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity (MPI) à Göttingen en Allemagne, où elle travaille sur la gestion de la diversité en France au sein du plus large projet CityDiv. Madame Martinez-Ariño continue à collaborer avec la professeure Solange Lefebvre et l'équipe du Projet Religion et diversité dirigé par Lori G. Beaman dans le cadre de recherches concernant l'éducation. Ses intérêts de recherche principaux touchent le judaïsme contemporain ainsi que les accommodements à la diversité religieuse dans les institutions publiques (prisons, hôpitaux, écoles) en Espagne et au Canada.

 

Félicien Navigué Coulibaly

Félicien Navigué Coulibaly est enseignant-chercheur, Maître-assistant au Département d’Histoire de  l’Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan Côte d’Ivoire. Il est également chercheur associé au Laboratoire de Sociologie Economique et d'Anthropologie des Appartenances Symboliques (LAASSE) et fondateur du Groupe d’études et de recherches sur le fait religieux en Afrique (GERFA), deux laboratoires des sciences humaines affiliés respectivement au Département d’histoire et à l’Institut d’Ethnosociologie (IES) de l’Université Félix Houphouët-Boigny. Il enseigne et anime des séminaires sur l’Histoire sociale, religieuse et culturelle en Afrique. Ses travaux de recherche sont à cheval entre l’histoire, l'anthropologie et la sociologie. Félicien Coulibaly s’intéresse aux problématiques en rapport aux faits culturels, religieux et sociaux en Afrique et principalement en Côte d’Ivoire à savoir, la laïcité, l’interculturalité, le vivre ensemble et l’ethnicité. Félicien Coulibaly a séjourné, de mars à juin 2013, à la Chaire Religion, Culture et Société de l’Université de Montréal au Québec en la qualité de chercheur invité. Il y a participé à de nombreux séminaires et colloques sur l’interculturalisme et la diversité religieuse au Canada.

Giomny H. Ruiz

Après cinq ans à titre de coordonnateur de la Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse sous la direction de Solange Lefebvre, où il a beaucoup contribué au rayonnement de celle-ci, notamment sur le plan de l'enseignement, de la recherche et de l'intervention sur le terrain, et titulaire d'une maîtrise en sciences des religions de l'Université de Montréal, M. Giomny H. Ruiz vient d'obtenir son agrément tant au Conseil de réglementation des consultants en immigration canadienne (CRCIC) qu'à l'Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes du Québec (OTTIAQ). Dans son nouveau rôle en tant que directeur du département de mobilité internationale chez Audet Immigration Inc., un cabinet de services juridiques très réputé du centre-ville de Montréal, M. Ruiz offre son expertise en immigration et en gestion de la diversité aux entreprises québécoises et canadiennes devant embaucher à l'étranger, et qui sont donc confrontées à la question de la diversité. Parallèlement, il offre des formations spécialisées à l'Ordre des consultants en ressources humaines agréés du Québec (CRHA) et aux entités privées portant sur l'embauche international et la gestion de la diversité en milieu de travail. Ayant la recherche au coeur de ses activités, il fait encore partie de notre Chaire à titre de chercheur associé.