CRCS
Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse
crcs

 


AccueilLorem IpsumIpsum

Membres étudiants

Stéphanie Gravel, Docteure en sciences des religions

Le 20 décembre 2016 dernier, Mme Stéphanie Gravel, candidate au doctorat travaillant sous la direction de la titulaire de la Chaire en gestion de la diversité culturelle et religieuse, Mme Solange Lefebvre, a défendu avec excellence sa thèse en vue de l'obtention du grade de Ph.D. Sciences des religions.

Lire les détails »

Jorge Karel Leyva Rodriguez, étudiant au doctorat

J'ai reçu en 2014 une bourse de doctorat Joseph-Armand-Bombardier (CRSH) afin de financer mon projet de recherche. Après avoir obtenu deux baccalauréats à Cuba, le premier en études socioculturelles, le second en études bibliques et théologiques, j’ai fait une maîtrise en sciences des religions à l'Institut d'études religieuses de l’Université de Montréal. Suite à un passage accéléré obtenu en 2013, j’ai commencé mon doctorat sous la direction de Mme Solange Lefebvre. Lire la suite »

Giomny H. Ruiz, récipiendaire d'une maîtrise

J’ai obtenu mon grade de maîtrise à l’hiver 2017. Je voudrais également ajouter que les études à l'Institut, et mes différentes expériences, ont été fort importantes pour bâtir ma vie professionnelle actuelle. Dans cette transition professionnelle (on peut l'appeler comme ça), je tenais à faire valoir tout ce que j'ai appris à l'IÉR, spécialement à la Chaire, à côté de Solange Lefebvre, dont je suis particulièrement fier. En mettant l'accent sur la maîtrise en sciences des religions, j'ai réussi à obtenir le statut de consultant en immigration certifié par le gouvernement fédéral et provincial et à décrocher le poste de directeur du département de mobilité internationale et intégration dans une importante firme légale de Montréal, mon emploi actuel. Cela dit, j'agis maintenant dans le domaine juridique en lien avec l'immigration et la gestion de la diversité en milieu de travail. Dans le cadre de mon rôle actuel, outre la représentation des clients particuliers et entreprises par-devant les différentes instances juridiques canadiennes et québécoises en matière d'immigration et intégration, je suis souvent appelé à offrir des formations spécialisées en gestion de la diversité et/ou à intervenir sur place. Lire la suite »

Mathilde Vanasse-Pelletier, étudiante au doctorat

J'ai obtenu en 2015 une bourse doctorale Joseph-Armand-Bombardier (CRSH) afin de financer mes recherches. D’abord formée au premier cycle en anthropologie et en sciences religieuses, j’ai entamé une maîtrise en sciences des religions en 2013 à l'IÉR. J’ai par la suite débuté un programme de Ph.D. à l’automne 2014 dans le même domaine, sous la direction de Madame Solange Lefebvre, suite à un passage accéléré. Mon projet de doctorat portera sur la représentation du fondamentalisme mormon dans la culture populaire américaine depuis le début des années 2000. Je m’intéresserai particulièrement à la tribune offerte aux discours pro et anti polygamie au cours de cette période, ainsi que sur les stratégies des activistes pour la décriminalisation du mariage plural. J’ai obtenu une bourse de maîtrise du CRSH en 2014 pour mon projet de deuxième cycle qui portait sur le même sujet. Lire la suite »

Aziz Djaout, étudiant au doctorat

Je poursuis un projet de thèse doctorale, sous la direction de la professeure Solange Lefebvre, qui porte pour l'instant le titre « Radicalisation et contre-radicalisation au Québec. Perspectives musulmanes ». Je compte procéder à des analyses de programmes mis en place au Canada, et sonder les milieux musulmans à ce sujet. Comment les acteurs associatifs musulmans du Québec conçoivent et composent-ils avec les questions de la radicalisation et de la contre-radicalisation? Comment établi-t-on le lien entre la radicalisation religieuse et l’engagement terroriste des groupes jihadistes et des individus qui les composent? Il s’agira d’analyser sur quelles compréhensions de ces rapports les programmes de contre-radicalisation s’appuient, de même que les critiques qui leur sont adressée par plusieurs chercheurs mais aussi de militants musulmans, notamment ici au Québec.

Damien Bokossa, étudiant au doctorat

J'ai obtenu mon baccalauréat en philosophie à l'Université nationale du Bénin et un diplôme spécialisé en pastorale et en éducation religieuse à l'Institut International Lumen Vitae en Belgique. Je suis également détenteur d'un Master of Arts en théologie et sciences religieuses à l'Université catholique néerlandophone de Louvain en Belgique et j'ai fait une formation en art et archéologie à l'Université de Louvain dans le même pays. Je fais actuellement des recherches sur l'expérience religieuse émotionnelle dans le rituel institué catholique. Mon projet de recherche se trouve à cheval entre les sciences des religions et la théologie. Elle prend en compte les modalités de la sensibilité contemporaine et son impact sur l'expérience divine.

Julia Itel, étudiante à la maîtrise

Après un baccalauréat en psychologie et en sciences des religions à l'Université McGill, je suis depuis septembre 2016 candidate à la maîtrise à l'Institut d'études religieuses de l'Université de Montréal, sous la direction de Solange Lefebvre. Dans le cadre de mon projet de mémoire, je cherche à mettre en lumière un nouveau profil de chercheur spirituel qui, à l'ère de l'ultramodernité, ressemblerait moins au "bricoleur", consommateur de croyances, qu'à un individu inscrivant ses valeurs et sa quête de sens dans un projet éthique, social et politique. Ce chercheur porterait finalement, selon mon hypothèse, les caractéristiques des créatifs culturels qui, selon Paul Ray et Sherry Anderson (2001), constitueraient un nouveau groupe socioculturel prenant de l'ampleur en Occident et cherchant à construire une société alternative, durable et plus respectueuse de l'homme et de la nature.

Élisabeth Di Lalla-Besner, étudiante à la licence en théologie

Mon projet de mémoire se penche sur le débat ayant entouré la Charte des valeurs proposée par le Parti Québécois à l’automne 2013. Après avoir effectué un sondage sur internet, le 7 novembre 2013, le gouvernement Marois avait en effet déposé le projet de loi 60: Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité de l'État ainsi que d'égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les accommodements. De nouveau, une commission publique a été établie, 206 mémoires déposés, 69 entendus. La loi n'a jamais été votée, les conclusions de la commission demeurent non publiées. Depuis, le Québec s'interroge toujours sur la nécessité d'élaborer une charte ou une déclaration officielle pour répondre au défi que représente la religion dans l'espace public. Le pluralisme des valeurs est l’une des préoccupations centrales de la philosophie politique contemporaine, car il se trouve à la source des désaccords les plus profonds et complexes entre les citoyens. Le concept de laïcité est utilisé pour définir le modèle étatique de gestion de cette pluralité. La situation est d’autant plus complexe que ce concept, mal défini, change de signifiant selon l’usage. Le problème est qu’il se propose comme garant de la neutralité religieuse de l’État, mais en fait, il est proposé comme une valeur. Ces concepts de valeurs de laïcité et de neutralité nous semblent paradoxaux, et je me propose de les étudier dans le cadre de ce mémoire, à travers l’analyse de plusieurs textes élaborés dans le cadre du débat sur la Charte des valeurs.

 

 

Élisabeth Di Lalla-Besner, étudiante à la licence en théologi